La Fondation - Culture / Sport / Loisirs - - Euro-Méditerranée

La FFEM promeut l'art comme catalyseur du combat féministe au congrès CIRFF

05.09.2018 / Créé par (EMWF)
La FFEM promeut l'art comme catalyseur du combat féministe au congrès CIRFF

En août, la FFEM a organisé plusieurs activités à l’occasion du Congrès international des recherches féministes dans la Francophonie (CIRFF) à l’université Paris Nanterre. Une partie de ces activités, concrètement une exposition et un atelier, ont été consacrés à revendiquer l’art en tant qu’outil de promotion de l´égalité femmes-hommes et des droits des femmes, et à défier les mythes et les stéréotypes entourant les rôles, la place et les corps des femmes.

L’exposition présentée dans le hall du bâtiment Weber du 27 au 31 août et l’atelier organisé le 28 août sous le titre « En finir avec les stéréotypes de genre dans la région euro-méditerranéenne : photographes en action »  ont lié le combat féministe à la culture et l’art. L’atelier a été modéré par Judith Martin-Razi qui a rendu hommage aux femmes photographes qui se sont intéressées aux mouvements féministes. 

Nassima Baziz, architecte, professeur et activiste féministe, a expliqué qu’initialement elle souhaitait participer au concours lancé par la FFEM en se photographiant nue devant la fontaine Aïn El Fouara de Sétif dont la statue représentant une femme nue a été vandalisée fin 2017. Mais prendre ce type de photo aurait été compliqué et dangereux à mettre en place. Elle a donc postulé avec la photo « Les anonymes » pour militer en faveur des espaces de non mixité que les collectifs féministes préfèrent appeler « espaces dédiés ».

Nora Noor, entrepreneure, photographe de portrait et activiste féministe,  a présenté l’art du portrait comme un medium qui l’a aidée à casser les stéréotypes notamment ceux des femmes racisées.

Fatima Essabar, photographe féministe aussi,  s’intéresse aussi aux portraits de femmes aux parcours atypiques, elle fait valoir que l’art permet de s’engager intellectuellement et émotionnellement.

L’atelier s’est conclu en revendiquant d’autres initiatives similaires qui sont nécessaires pour établir un lien entre universitaires, activistes et artistes : l’art nous fait penser et visibilise les oppressions des femmes.

Cet atelier s’inscrit dans le cadre du concours photo « Femmes d’exception : en finir avec les stéréotypes dans la région euro-méditerranéenne », lancé par la FFEM le 25 novembre 2017. avec l’appui du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) français.

Commentaires

Pour écrire un commentaire inscrivez-vous et échangez avec les membres du réseau.

Inscrivez-vous sur la Fondation